ARTICLE DE PRESSE MAGIC (novembre 2008)

Publié le par strange mode

Le nouvel album arrive à bon port

exclu web novembre 2008

Alors qu'Obama était en train de casser la Barack, notre reporter de charme, Estelle Chardac, passait en douce un coup de fil à Martin Gore, l'ange blond de Depeche Mode qui venait d'arriver au studio d'enregistrement où le trio est actuellement à l’œuvre sur un douzième album au titre encore indéfini, qui devrait faire surface en janvier. Révélations ! Ou presque…

Questions intrusives par Estelle Chardac - Photographie à la cool en studio par le producteur Ben Hillier

 


Où vous trouvez-vous actuellement ? Dans notre studio de Santa Barbara, la ville où je réside. Nous habitons tous dans des endroits différents : Dave est à New York et Andy, à Londres…

À quel stade de l’album vous trouvez-vous ? Là on termine la période d’enregistrement, juste avant de nous envoler vers New York pour le mixer et enregistrer encore quelques bribes de morceaux. En gros, il nous reste six semaines de travail avant d’en avoir fini !

Donc vous allez tenir la deadline de Noël, alors ? Mes enfants ont fondé tous leurs espoirs là-dessus, en tout cas. (Rires.)

Toutes les chansons sont-elles déterminées, et avez-vous déjà un tracklisting ? Ou vous reste-t-il de l’élagage à faire ? Cette fois-ci, nous avons beaucoup de chansons, bien plus que d’habitude. Après cela, il devrait nous en rester vingt et une ou vingt-deux, parmi lesquelles il faudra en garder douze. Nous ne savons pas encore lesquelles vont passer le cap. On va être forcés de choisir ! (Il ricane.) Le reste devrait être réutilisé un jour pour un coffret ou une édition spéciale.

Quid de ce titre d’album “arrogant” que vous n’avez toujours pas divulgué ? il est encore trop tôt pour le dévoiler… Mais je peux vous assurer que c’est très légérément arrogant… finalement ce n’est pas si terrible que ça ! (Rires.)

 

Quelle est la dernière chose que vous ayez faite sur le disque aujourd’hui, par exemple ? Là, il est encore assez tôt (ndlr. midi), et nous ne travaillons que depuis une heure, mais on se concentre sur une chanson en particulier qui est presque prête pour le mix. On essaye de faire en sorte que les sons se tiennent, et là on est en train de passer un truc très ennuyeux à travers une flanger. (Rires.)

Et que peux-tu nous révéler sur le son du disque dans son ensemble ? Encore une fois, je trouve cela un peu tôt pour en parler. Je me répète, mais c’est de plus en plus vrai : les chansons sont très spirituelles. Plus encore qu’auparavant, même. Nous avons utilisé beaucoup de matériel analogique, donc le son est assez classique. Attention, classique, mais pas rétro. Il y a quand même un angle moderne.

Vous travaillez avec le producteur Ben Hillier pour la deuxième fois : a-t-il gardé ses mauvaises habitudes en studio ? Je ne me souviens pas trop de la dernière fois mais s’il en avait, elles sont devenues plus apparentes cette fois-ci ! (Rires.) On a travaillé avec Ferg Peterkin (ingénieur) et Luke Smith (programmateur), mais leurs rôles sont un peu brouillés car ils s’occupent tous les deux de programmation.

Quid du rôle de Dave Gahan sur le nouvel album : a-t-il pris en importance ? Non, c’est un peu pareil que la dernière fois, il a écrit quelques chansons. (ndlr. Il en avait signé trois sur Playing The Angel.) Qu’elle viennent de moi ou de lui, elles sonnent très naturellement Depeche Mode. Parce que dans les chansons de Dave, il y a sa voix, il y a ma guitare, enfin la plupart du temps, ou mes chœurs. Et elles s’installent remarquablement bien dans la vue d’ensemble.

Y a-t-il eu une déclencheur pour la composition de ce nouvel album ou tout s’est-il fait naturellement ? J’ai recommencé à écrire directement après la fin de la dernière tournée. J’étais très motivé à l’idée de me remettre dans le bain du songwriting. D’où la surabondance de chansons. (Rires.) Je n’ai pas pris de vacances pendant un an, hein…

Celles que tu as écrites au début font-elles partie du lot actuel ou t’ont-elles servi de point de départ ? En principe toutes celles que j’ai finies ont été enregistrées, à part une ou deux. L’une est une instrumentale et l’autre est une chanson avec des paroles que je n’aime plus trop…

Le sentiment général n’était pas le bon, elle n’arrivait pas au niveau des autres. Avez-vous fait écouter le disque à votre entourage et qu’en a-t-il pensé ? On a kidnappé quelques personnes et on leur a fait écouter… (Sourire.) Non, en fait, jusqu’ici peu de gens l’ont entendu car nous sommes encore trop loin de la sortie et nous vivons une époque où tout est nimbé de secret… Daniel, le directeur de notre label, et Jonathan, notre manager, l’ont entendu, ainsi que les gens qui travaillent dessus, bien sûr.

Sens-tu déjà l’adrénaline monter à l’approche de la sortie ? Oui… C’était très étrange d’aller à Berlin récemment et d’annoncer notre Tour Of The Universe… Parce que, encore une fois, tout cela semble très loin. Et pourtant là on sent que cela nous démange de sortir ce disque et d’embarquer pour la tournée. Tous les jours, on reçoit de bonnes nouvelles, au sujet des ventes de billets, par exemple…

Une tournée de l’univers, donc : sacré programme ! Oui, on a du pain sur la planche pour en venir à bout. (Rires.) Et cette fois, Israel sera de la partie…Nous étions assez fâchés la dernière fois à l’idée d’annuler. C’était assez malheureux pour notre première fois là-bas qu’une guerre éclate… Donc cela prenait tout son sens de commencer la tournée par ce pays.

Ferez-vous un treizième album ou êtes-vous superstitieux ? Crois-le ou non, on n’y a pas encore réféléchi ! (Rires.)

Anton Corbijn est encore impliqué dans l’aventure… Pourrait-il faire un film sur vous, comme il l’a fait pour Joy Division ? Je pense qu’il ne serait pas du tout intéressé… Nous l’avons vu récemment car nous avons fait une session photo ensemble, et il nous a dit qu’après le succès de Control, on lui demande un peu tout le temps pourquoi il ne s’attaquerait pas à John Lennon ou à Bob Marley… Et il nous a dit qu’il ne voulait pas être connu comme le type qui réalise des films sur des gens morts ! (Rires.) Ni sur des musiciens, d’ailleurs. Je pense que son prochain projet sera complètement différent.

Pour finir, quels nouveaux groupes écoutes-tu ? Et peuvent-ils t’inspirer ? Dave et moi sommes assez d’accord sur MGMT, même si ce n’est pas très nouveau… Mais je ne pense pas qu’ils puissent m’inspirer directement, non.

Merci beaucoup Martin. Merci ! Et croisons les doigts pour qu’Obama gagne ! Cela devrait être du tout-cuit…J’aimerais partager ton enthousiasme.…L’histoire finira par nous donner raison.

 

http://www.magicrpm.com/artistes/depeche-mode/a-lire/interviews/le-nouvel-album-arrive-a-bon-port

Commenter cet article